LE CULTUREL

Au Coeur même de la Culture

Archive pour la catégorie 'ACTUALITE'


STAR A LA LOUPE: KALAMOULAYE : La fierté du septentrion.

7 février, 2009
ACTUALITE, MANCHETTE, NOUVELLE, STAR A LA LOUPE | Pas de réponses »

 A l’écouter, on penserait à un griot descendu du monding de Soudiata Keita. Cependant le jeune homme nous vient du nord de notre Bénin. Star à la loupe vous le fait découvrir. 

1-     Le culturel : Bonjour Kalamoulaye. Comment tu vas ? 

-         Kalamoulaye : Bonjour je vais bien 

2-     Le parie qu’à l’Etat Civil, tu répond à un autre nom 

-         Effectivement je suis Moussa Idrissou, célibataire sans enfant et j’ai 24 ans je suis originaire de l’attacora, plus précisément de Kouandé. 

3-     Généralement, en pays sahilien, on constate deux lignées, à laquelle appartiens-tu ? 

4-     Pour un forgeron, ce n’est pas évident de faire preuve d’un tel talent ? 

- C’est bien vrai, c’est pas évident c’est de là que je dis que c’est un don. Mon père chantait très bien, il faisait le du Zinion pendant les mariages en pays musulman. J’ai hérité de sa belle voix. Il arrive qu’on nous confonde vocalement. Je me suis renseigné auprès de ma grand-mère pour savoir si de son côté, il y avait un griot, elle m’a répondu que non, j’ai déduis que c’est un don simplement. 

5-     Je parie que tes débuts dans la chanson remontent à ton plus jeune âge. 

- J’ai commencé à me produire vers l’âge de 10 ans, car avant cet âge mon père ne me laissait pas faire ce que je voulais. 9a pu être un peu plus tôit, mais j’ai détenu cette période. 

6-     Lequel des instruments de musique du nord joues-tu ? 

-         Je joue le GANGAN (le petit), il faut être initié avant de le toucher, je joue également le grand tambour pour ça on n’a pas besoin d’initiation on le joue à toutes les occasions. Je le jouais très bien et dans tout Kouandé sans me tromper et en toute modestie, je peux affirmer que j’étais le meilleur. J’imitais le vieux Badou de Parakou, il faisait le Sarè. 

7-     joues-tu d’un instrument de musique moderne, si oui lequel ? 

- Je suis à l’école de la guitare moderne, mais ma guitare ne sera pas classique car elle aura des accords mandingues. Je veux être à l’image de feu Ali Farka Touré, c’est d’ailleurs lui qui m’a inspiré. 

8-     Personnellement je t’ai connu comme footballeur, je constate que c’est la musique qui a finalement pris le dessus, il y a-t-il une explication ? 

-         Précisons que j’aime la musique parce que c’est un don. Mais le football. Mais j’ai dû laisser tomer le foot parce que la musique est un métier jaloux et capricieux, il exige qu’on lui consacre du temps. C’est après la sortie de mon premier album que j’ai abandonné le foot. 

9-     On t’a aussi vu dans le sillage du Ballet national que faisais tu parmi eux ? 

-         C’est
la Ballet national qui m’a emmené de Kouandé à Cotonou, il faut avouer que j’y ai suivi une bonne formation en tant que danseur et chanteur, j’y ai passé six ans. Avec lui j’ai été au Japon et en chine dans le cadre de festival. 

10-Parle-nous de ta discographie 

-         Mon premier album est sorti le 27 novembre 2005, il s’intitule « Souda Soua » qui signifie allons-y voir. Quant au 2ème il est sorti le 11 avril 2008, il est composé de 08 titres, il est Baptisé « Bannu Bêrê » ce qui signifie « valeur de la royauté ». C’est l’album que je n’oublierai jamais tout au long de ma carrière. Il m’a tout donné, il connaît un succès terrible, il a comblé mes attentes. Il importe d’ajouter qu’avant la sortie de mon 1er album j’ai fait un bout du chemin avec les frères de sang et sur leur 3ème album j’ai chanté entièrement une chanson en Bariba dont le titre est Yayé ce qui nous a permis de participer à un festival en France, visa francophone. 

11-                       Que fais-tu d’autre à part la musique ? Rien d’autre, avant la sortie de mon 1er album j’étai sous contrat avec le ballet national après le contrat qui a duré 6 ans, il ne l’ont renouvelé. Donc je ne vis que pour la musique. 

12-                       Que représente Dieu pour toi ? Dieu représente tout pour moi, c’est avec mon 2ème album que je l’ai expérimenté il s’est vraiment monifesté. 

13-                       Des projets immédiats : Je suis en train de voir comment me faire connaître tant au Bénin qu’à l’extérieur. J’ambitionne de me produire en spectacle au CCF de Cotonou et par là avoir des ouvertures en Europe et dans le reste du monde. J’ai également en projet de tourné sur moi un film docum entraîne toujours dans le but de mieux me faire connaître. 

14-                       Un mot pour finir : c’est de demander aux hommes de bonne volonté d’investir dans les valeurs sûres qui pourront apporter un plus à notre musique. 

Il est préférable qu’ils investissent dans des talents et non de déverser de l’argent dans la production d’artistes qui n’assureront pas dans les dix ans. Je remercie tous mes fans, je remercie aussi tous ceux qui ne m’aiment pas. Ils finiront un jour par m’aimer. Un merci spécial à Monsieur GBIAN Robert pour tout ce qu’il a fait pour la deuxième album. Aussi j’aimerais dire au public que mon prochain album sortira bientôt, j’y travaille en ce moment. 

News : Joyce Mambo chante le seigneur

7 février, 2009
ACTUALITE, MANCHETTE, SHOWBIZ | Pas de réponses »

            Avec un album composé de 6 titres Joyce Mambo, puisque c’est d’elle qu’il s’agit a fait son entrée depuis le 5 avril 2007 dans le cercle des artistes musiciens qui animent la vie de notre musique « Mon étoile » de la jeune Joyce est un opus qui nous plonge entièrement dans l’univers de la musique chrétienne. En témoignent les différents morceaux. De Tchinéké à un temps pour tout en passant par l’éternel soit louer ma délivrance et j’accomplirai mon destin. L’auditeur a droit à une thématique tournant autour des bienfaits de notre Seigneur et des attentes que place en lui la chanteuse. Reconnaissance oblige Joyce Mambo n’oublie pas Mr Bobo Nevis et Dieu Tout Puissant. Elle finira par adresser ces par des réconfortantes de la bible. « A toutes les personnes qui souffrent inspirées. 

            Je leur demande de ne pas en tenir copte, mais de contempler l’amour du Seigneur, il ne déçoit pas, dans son répertoire l’échec n’existe pas, il nous a donné son fils unique preuve de l’amour de notre Seigneur. Il nous revient de l’appeler avec force ». 

CE QUE JE PENSE : Et si Libercom soutenait nos hommes de culture ?

7 février, 2009
ACTUALITE, MANCHETTE, SHOWBIZ | Pas de réponses »

Il n’est un secret pour personne que nos hommes et femmes de culture ont besoin d’énormes soutiens : tant financiers que matériels. Là-dessus nous sommes tous d’accord. 

Avant tout chose, Je précise loin de moi un esprit nationaliste ou xénophobe. La maxime claironne cependant « Charité bien ordonnée commence par soi-même ». C’est avec désarroi qu’on observe Libercom s’activer à coller son étiquette sur bon nombre de productions cinématographiques venues d’ailleurs. Marketing oblige et ça nous pouvons le leur concéder. En revanche ce qui est inopportun c’est le déversement des millions pur accompagner les acteurs de la série Nafi pour un spectacle ici à Cotonou. Allez voir combien de milliers ont été déposés sur la table avant que Nafi et les sien n’acceptent de fouler du pied le sol Béninois. On avait suffisamment vu Nafi, Hervé, Madou et autres nous faire plaisir. S’ils exportent à présent leur talent c’est parce qu’à leurs détails, ils ont retrouvé à leurs côtés de soutiens de personnes physiques et morales comme Libercom au niveau local. Nos artistes ne demandent qu’à être soutenus. Nombre de productions cinématographiques, artistiques attendent d’être subventionnés pour sortir sur la place publique. Quel talent dont ils ne font pas preuve ? Ils regougent, cependant un coup de pouce s’avère nécessaire. Je vois très mal le publique Ivoirien adopter nos produits. On me dira qu’ils ne sont pas de bonne qualité. Bien évidemment ! A-t-on mis les moyens ? Il n’ y a pas de miracle. Les autres acceptent et applaudissent leurs acteurs culturels, car ils savent que personne ne le fera à leur place. Libercom qui une étiquette étatique ferait mieux de prendre la défense de notre culture. Nous devons adresser notre satisfecit à MTN Bénin pour ses efforts lors du concours de beauté Miss Bénin. On me dira que Libercom est présent aux côtés de l’émission fiesta. Insuffisant nous répondons des artistes. Nous préconisons des actions des actions plus énergiques telles que : Le  financement des production cinématographiques, le financement des productions discographiques, l’organisation d’évènements culturels et ce à peu de frais si tant est le désir de Libercom de s’immisser dans des activités culturelles. Précisons que ce n’est qu’une observation faite par un citoyen. Aussi n’oublions pas que c’est juste Ce que je pense

Affaire à suivre. 

CE QUE JE PENSE : Et si Libercom soutenait nos hommes de culture ?

7 février, 2009
ACTUALITE, MANCHETTE, SHOWBIZ | Pas de réponses »

Il n’est un secret pour personne que nos hommes et femmes de culture ont besoin d’énormes soutiens : tant financiers que matériels. Là-dessus nous sommes tous d’accord. 

Avant tout chose, Je précise loin de moi un esprit nationaliste ou xénophobe. La maxime claironne cependant « Charité bien ordonnée commence par soi-même ». C’est avec désarroi qu’on observe Libercom s’activer à coller son étiquette sur bon nombre de productions cinématographiques venues d’ailleurs. Marketing oblige et ça nous pouvons le leur concéder. En revanche ce qui est inopportun c’est le déversement des millions pur accompagner les acteurs de la série Nafi pour un spectacle ici à Cotonou. Allez voir combien de milliers ont été déposés sur la table avant que Nafi et les sien n’acceptent de fouler du pied le sol Béninois. On avait suffisamment vu Nafi, Hervé, Madou et autres nous faire plaisir. S’ils exportent à présent leur talent c’est parce qu’à leurs détails, ils ont retrouvé à leurs côtés de soutiens de personnes physiques et morales comme Libercom au niveau local. Nos artistes ne demandent qu’à être soutenus. Nombre de productions cinématographiques, artistiques attendent d’être subventionnés pour sortir sur la place publique. Quel talent dont ils ne font pas preuve ? Ils regougent, cependant un coup de pouce s’avère nécessaire. Je vois très mal le publique Ivoirien adopter nos produits. On me dira qu’ils ne sont pas de bonne qualité. Bien évidemment ! A-t-on mis les moyens ? Il n’ y a pas de miracle. Les autres acceptent et applaudissent leurs acteurs culturels, car ils savent que personne ne le fera à leur place. Libercom qui une étiquette étatique ferait mieux de prendre la défense de notre culture. Nous devons adresser notre satisfecit à MTN Bénin pour ses efforts lors du concours de beauté Miss Bénin. On me dira que Libercom est présent aux côtés de l’émission fiesta. Insuffisant nous répondons des artistes. Nous préconisons des actions des actions plus énergiques telles que : Le  financement des production cinématographiques, le financement des productions discographiques, l’organisation d’évènements culturels et ce à peu de frais si tant est le désir de Libercom de s’immisser dans des activités culturelles. Précisons que ce n’est qu’une observation faite par un citoyen. Aussi n’oublions pas que c’est juste Ce que je pense

Affaire à suivre. 

Chrimsou Z. dans l’univers du gospel

7 février, 2009
ACTUALITE, MANCHETTE, SHOWBIZ | Pas de réponses »

            Les artistes béninois du gospel d’inspiration traditionnelle lèvent peu à peu du ton. C’est le cas de l’artiste chrimson Z qui le 21 Décembre dernier à fait le lancement de son tout premier album intitulé « ozo hélè ». Cet opus qui a été réalisé entièrement au Bénin est un mélange de Z……… Kaka, Ahangbahou qui prouvent le grand travail qu’à abattu l’artiste et son groupe Kpikpa Jésuton. « ozo Hélè est composé de 04 titres dont « yéyi whlinganto » « Ohan yoyo dé » « Ani wè yo ». Ces différents titres nous parlent en parti des bienfaits de Dieu le tout puissant. De son vieux nom Zannou M. Christophe, chrimson compte mettre bientôt le marché la version moderne de cet album à satisfaire les uns et les autres. Soulignons que ce jeune artiste a choisi faire essentiellement du gospel, ce qui prouve d’ailleurs la forte présence des frères et sœurs en christ lors de ce lancement. Pourvu que ce choix lui favorable. 

 

Constantin NOBIME 

Origine, vie et adoption du thon Megan par les humains :Hounongan Amanvèba Dossou-Yovo raconte toute l’histoire

7 février, 2009
ACTUALITE, DECOUVERTE, MANCHETTE | Pas de réponses »

            Votre magazine « le culturel » dans sa quête d’innovation a décidé de vous entraîner dans l’univers des cultes. Pour ce mis, nous allons à la découverte d’une religion endogènes : Le THRON. Notre périple nous conduit dans le temple Thron Kpéto Déka Alafia de Hounougan Amanvèba Dossou-Yovo 

L’origine de Thron 

            L’origine de thron se confond avec celle du monde. Au commencement était le palme. Ce palme est appelé Fadé. Ses noix de palme arrivé à matunité tombèrent et parlèrent. Ils sont appelés Fatchin et étaient immangeable par les humains. Long après Dieux envoya sur terre le Lègba (Diable) qui était l’ange gardien de toute la créature. Ce dernier ne fait pas du mal au contraire il était un xxxxxxxPar la suite Adam et Eve furent crées. Ces deux êtres n’avaient pas du  tout conscience de leur nudité. Un jour, l’apôtre Trhon Mégan qui avait le pouvoir de se transformer en n’importe quel objet ou être de son choix vint leur ouvrit les yeux. Au retour de Dieu, ils se cachèrent à sa face car ils ont prit conscience qu’ils étaient   nu. Mais quand Dieu leur demanda comment ont-ils prit conscience de leur état qu’ils lui ont répondu que c’était l’apôtre Trhon Mégan qui leur a ouvert les yeux. Dieu dans sa colère s’est retourné vers lui pour le regarder, c’est ainsi qu’il s’est transformé en serpent ce qui justifie son signe. Ainsi donc, le Lègba était l’ange gardien de toute la créature. A cause de sa gourmandise à prendre des offres que lui présentaient les humains, une malédiction xxxxxxxx Mais malgré tout cela, Azè avait toujours sa puissance de nuissance. Il a donc réussie à les faire disperser à la surface de la terre. Dieu toujours dans sa quête de tranquilliser son peuple envoya Trhon Mégan qui était resté près de Dieu suite au péché qu’il avait commis entre temps. 

Arrivé sur terre, Azè vient à sa rencontre pour s’opposer à sa présence connaissant sa puissance une lutte est donc opposé entre les deux combats, Trhon Mégan a trouvé réfugié dans le fleuve Nasuba situé au Mali (après découpage) Azè étant allergique à l’eau était obligé de se retrouver. C’est ainsi que Trhon Mégan a fait son apparition sur terre. Vie et adoption du Trhon par les humains. 

            Après avoir trouvé refuse dans le fleuve, Trhon Mégan fit la connaissance d’une femme (Nanablèwa) qui est devenu plus tard abattu sur le mieux être aux humains. Depassé par les faits, Lègba envoya un message au créateur pour lui faire part des problèmes qui ont cours sur terre. Au su de ce message, le créateur régroupa ses apôtres pour tenir un conseil et désigner celui qui partira a renforcer lègba sur terre. Suite au conseil Aza (Lucifer) a accepté de venir seconder lègba en compagnie de Sa Medji une fois sur terre Azè commis sa première péché grave, il tua une femme enceinte et un petit garçon. A cet effet, sa Médji lui rappella à l’ordre mais Azè fesait à sa tête. Fatigué par tout les mal que retourna rendre compte à Dieu. C’est ainsi que le créateur envoya sur terre tous les autres apôtres pour rétablir l’ordre chrétiens, musulman, vodoun et mettre fin à la domination de Azè. C’est là chacun s’est mis à se battre à sa façon sa femme. Il s’était aussi allié à Agbo qui lui apportait souvent à manger. Malheureusement, Agbo se fera compromettre par Azè dans le but d’éliminer Trhon Mégan. Ce dernier voyant de loin a décelé le piège et a tué Agbo. C’est offert en sacrifice à Trhon pour les rituels. Après la trahison de Agbo, Trhon Mégan s’est déguisé avec le peulage de Agbo. Alors seybou berger de son état faisait par son troupeau, l’a remarqué au milieu de son troupeau, une discussion s’est donc engagée entre eux. A sa suite Seybou l’amena chez lui et décida de lui offrir un toit. Seybou avait un frère chasseur qui n’avait pas du tout conscience de la puissance de cette divinité. Il avait aussi un ami sincère Amouzou qui venait du Ghana. Longtemps après seybou décède et confia le Trhon Mégan aux soins de Amouzou ce dernier installer le Trhon dans son pays le Ghana car Amouzou à conscience de la puissance de cette divinité. Quelques années plus tard, le frère de seybou après de multiple consultation a comprit qu’il était nécessaire  de reprendre ce bien qui appartenait à son frère. Chose impossible lutte après lutte. C’est de là que la scission est née d’où trhon kpéto déka et kpétové. 

Histoire racontée par Hounnongan Amavèba Dossou-Yovo. 

Origine, vie et adoption du thon Megan par les humains :Hounongan Amanvèba Dossou-Yovo raconte toute l’histoire

7 février, 2009
ACTUALITE, DECOUVERTE, MANCHETTE | Pas de réponses »

            Votre magazine « le culturel » dans sa quête d’innovation a décidé de vous entraîner dans l’univers des cultes. Pour ce mis, nous allons à la découverte d’une religion endogènes : Le THRON. Notre périple nous conduit dans le temple Thron Kpéto Déka Alafia de Hounougan Amanvèba Dossou-Yovo 

L’origine de Thron 

            L’origine de thron se confond avec celle du monde. Au commencement était le palme. Ce palme est appelé Fadé. Ses noix de palme arrivé à matunité tombèrent et parlèrent. Ils sont appelés Fatchin et étaient immangeable par les humains. Long après Dieux envoya sur terre le Lègba (Diable) qui était l’ange gardien de toute la créature. Ce dernier ne fait pas du mal au contraire il était un xxxxxxxPar la suite Adam et Eve furent crées. Ces deux êtres n’avaient pas du  tout conscience de leur nudité. Un jour, l’apôtre Trhon Mégan qui avait le pouvoir de se transformer en n’importe quel objet ou être de son choix vint leur ouvrit les yeux. Au retour de Dieu, ils se cachèrent à sa face car ils ont prit conscience qu’ils étaient   nu. Mais quand Dieu leur demanda comment ont-ils prit conscience de leur état qu’ils lui ont répondu que c’était l’apôtre Trhon Mégan qui leur a ouvert les yeux. Dieu dans sa colère s’est retourné vers lui pour le regarder, c’est ainsi qu’il s’est transformé en serpent ce qui justifie son signe. Ainsi donc, le Lègba était l’ange gardien de toute la créature. A cause de sa gourmandise à prendre des offres que lui présentaient les humains, une malédiction xxxxxxxx Mais malgré tout cela, Azè avait toujours sa puissance de nuissance. Il a donc réussie à les faire disperser à la surface de la terre. Dieu toujours dans sa quête de tranquilliser son peuple envoya Trhon Mégan qui était resté près de Dieu suite au péché qu’il avait commis entre temps. 

Arrivé sur terre, Azè vient à sa rencontre pour s’opposer à sa présence connaissant sa puissance une lutte est donc opposé entre les deux combats, Trhon Mégan a trouvé réfugié dans le fleuve Nasuba situé au Mali (après découpage) Azè étant allergique à l’eau était obligé de se retrouver. C’est ainsi que Trhon Mégan a fait son apparition sur terre. Vie et adoption du Trhon par les humains. 

            Après avoir trouvé refuse dans le fleuve, Trhon Mégan fit la connaissance d’une femme (Nanablèwa) qui est devenu plus tard abattu sur le mieux être aux humains. Depassé par les faits, Lègba envoya un message au créateur pour lui faire part des problèmes qui ont cours sur terre. Au su de ce message, le créateur régroupa ses apôtres pour tenir un conseil et désigner celui qui partira a renforcer lègba sur terre. Suite au conseil Aza (Lucifer) a accepté de venir seconder lègba en compagnie de Sa Medji une fois sur terre Azè commis sa première péché grave, il tua une femme enceinte et un petit garçon. A cet effet, sa Médji lui rappella à l’ordre mais Azè fesait à sa tête. Fatigué par tout les mal que retourna rendre compte à Dieu. C’est ainsi que le créateur envoya sur terre tous les autres apôtres pour rétablir l’ordre chrétiens, musulman, vodoun et mettre fin à la domination de Azè. C’est là chacun s’est mis à se battre à sa façon sa femme. Il s’était aussi allié à Agbo qui lui apportait souvent à manger. Malheureusement, Agbo se fera compromettre par Azè dans le but d’éliminer Trhon Mégan. Ce dernier voyant de loin a décelé le piège et a tué Agbo. C’est offert en sacrifice à Trhon pour les rituels. Après la trahison de Agbo, Trhon Mégan s’est déguisé avec le peulage de Agbo. Alors seybou berger de son état faisait par son troupeau, l’a remarqué au milieu de son troupeau, une discussion s’est donc engagée entre eux. A sa suite Seybou l’amena chez lui et décida de lui offrir un toit. Seybou avait un frère chasseur qui n’avait pas du tout conscience de la puissance de cette divinité. Il avait aussi un ami sincère Amouzou qui venait du Ghana. Longtemps après seybou décède et confia le Trhon Mégan aux soins de Amouzou ce dernier installer le Trhon dans son pays le Ghana car Amouzou à conscience de la puissance de cette divinité. Quelques années plus tard, le frère de seybou après de multiple consultation a comprit qu’il était nécessaire  de reprendre ce bien qui appartenait à son frère. Chose impossible lutte après lutte. C’est de là que la scission est née d’où trhon kpéto déka et kpétové. 

Histoire racontée par Hounnongan Amavèba Dossou-Yovo. 

LA BEAUTE VUE CULTURELLEMENT : PELAGIE AHOUAWATO, LA NOUVELLE PERLE DE LA CULTURE DU DANXOME

7 février, 2009
ACTUALITE, MANCHETTE, SHOWBIZ | Pas de réponses »

Elle incarne dignement la couronne de l’élection de
la Nan du danxomè 2008, étudiante en 2è année de science économique et de gestion d’Abomey-Calavi ; c’est au cours de la soirée du 19 Décembre 2008 et en marge du festival de Danxomè qu’elle a été sacrée. 

Sourire aux lèvres, elle a accepté de s’entretenir avec le culturel. 

¬     Le Culturel : Bonjour Nan 

-         Nan : Bonjour tout le cercle de « Le culturel » 

¬     Le Culturel : Parlez-nous de nous 

-         Nan : « Je réponds au nom de Pélagie AHOUANWATO, j’ai 22 ans, étudiante en 2è année de science économique et de gestion à l’université d’Abomey-Calavi, je suis célibataire et originaire d’Abomey 

¬     Le Culturel : Comment vous est venus l’idée de vous présenter pour le concours de l’élection de
la Nan au festival du Danxomè ? 

-         Nan : J’avais assisté pour une première fois en tant que spectacle à la journée de revalorisation des cultures Fon du Danxomè, organisée par l’association des Etudiants d’Abomey pour le développement et la culture (AEADES), sur le campus d’Abomey-calavi. Fort enthousiasmée par une telle manifestation culturelle, j’ai adhéré l’association et c’est en étant membre que je me suis présentée à l’élection de la « NAN CAMPUS 2008″ dont j’en suis sorti vainqueur et grâce au bureau de Demba Ange ATCHAWE, président actuel de l’association, j’ai postulé au concours de l’élection de

la NAN DANXOME 2008″ 

¬     Le Culturel : Dites-nous ce que vous entendez par Nan 

-         Nan : Nan, c’est cette femme qui a la rondeur et la qualité d’une reine d’Abomey, Nan, c’est cette femme définie ci haut, qui est véritablement en mesure de faire valoir la culture du DANXOME partout où elle sera. 

¬     Le Culturel : « Nan Djègba ». Pourquoi avez-vous choisi ce surnom ? 

-         Nan : C’est pour rendre un vibrant hommage à une reine nommée Djègba-Djègban juste parce qu’elle se drapait de perles (qui veut dire en fongbé : djè) pour se faire valoir aux côtés du roi. 

¬     Le Culturel : Après votre élection Nan campus 2008, vous voici encore Nan Danxomè 2008 : Deux couronnes dans la même année, comment expliquez-vous votre goût à la culture du danxomè ? 

-         Nan : Après être formée par

la Nan Danxomè 2005 et les membres du bureau de GUIDI Hugues, ancien président de l’Association des Etudiants d’Abomey pour le développement et solidarité (AEADES), je possédais les outils nécessaires concernant la culture du Danxomè. Ce qui m’a permis de remporter la couronne de l’élection de la « Nan Campus 2008″, après cette consécration, je me suis encore plus perfectionnée pour participer à l’élection de la « Nan du Danxomè » de décembre 2008 dans le cadre du festival du Danxomè. Je profite de l’occasion que vous m’offrez pour saluer la marraine des « Nan du Danxomè » Mme KAKAÏ GLELE et le Maire d’Abomey Blaise AHANHANZO GLELE qui n’ont ménagé aucun effort pour nous aider. Il faut signaler aussi que c’est Danxomènù qui ont haussé mon goût à la culture du Dansomè. 

¬     Le Culturel : Quel appel avez-vous à lancer aux autres fille qui ne s’intéressent pas à leur culture ? 

-         Nan : Je leur demande de faire valoir leur culture et d’en montrer toute la richesse qu’elle contient, d’être fière de leur culture et de faire ressortir sa valeur à travers le comportement qu’elles auront partout où elles seront car promouvoir sa culture, ce n’est pas se ridiculiser, ni se rabaisser. 

¬     Le Culturel : Maintenant que vous avez un mandat d’un an, quels sont vos projets pour la défense de la culture du Danxomè ? 

-         Nan : Mobiliser les étudiantes ressortissantes du plateau d’Abomey à connaître et à apprendre les richesses de leur culture afin que la journée de revalorisation des cultures Fon du Danxomè de l’année académique 2009-2010 du mois de mai prochain à l’Université d’Abomey-Calavi connaisse un franc succès. 

-         Faire valoir la culture du Danxomè en organisant des journées de sensibilisation dans les établissements scolaires sur la défense de notre culture. Je voudrais finir cette interview en invitant le Ministre de

la Culture Monsieur Galiou SOGLO, Prince du Danxomè à m’accompagner dans mes projets et à donner plus de dynamisme aux hommes de culture. 

¬     Le Culturel : Votre mot de fin 

-         Nan : Je remercie cette jeunesse qui a pensé à faire sortir un journal qui ne parle que de la culture, en l’occurrence son Directeur Général Monsieur Constantin NOBIME et invite tous les hommes de culture à accompagner ce journal « Le culturel qui fait leur promotion. 

      Bélinda KITI 

Cinéma : Bientôt les veilles filles

7 février, 2009
ACTUALITE, CINEMA | Pas de réponses »

Après plus de vingt réalisation cinématographie qui ont comme de grand succès  en république du Bénin, Rosaline Baï Deaglue connu sous le nom de madame Bazar sortira a bientôt son premier film intitulé « les vieilles filles » De quoi s’agit-il ? 

            Le film « Les vieilles filles » c’est l’histoire de deux filles qui ont déjà atteint l’âge à manier mais  qui n’ont pas encore un mari. Désespérer par leur situation de célibataire endurait, elles sont décidés de consulter le fâ et de voire ce qui ne va pas en elles. C’est de là que des révélations leurs ont été faite. Après des multiples sacrifices pour débarrasser les esprits mauvais que les animaient, les le bonheur tant frappe enfin à leur porte et la belle vie à commencer le film plein de conseils et d’honneur a été réalisé entièrement au Bénin et aborde des divers sujet tel que le sujet quotidien et des réalités africaines. Selon l’actrice et productrice de se film, ce films a été réalisé pour éduquer les jeunes filles qui tardent à avoir un mari et aussi à montrer notre véritable identité culturel et culturel. « J’ai montré dans ce film qu’il n’est pas bon de rejeter ou de bafouer notre tradition qui est la seule chose qu’il nous reste à cendre. Dans « Les vieilles filles » j’ai alors non seulement le côté éducatif des filles d’aujourd’hui mais aussi et surtout les voix à suivre en matière de tradition Africaine en générale et du Bénin en particulier. Et pour finir, Rosaline Baï Deaglue invite toutes les béninoise et tous les béninois à consommer sans modération son œuvre et surtout de n’est pas le pirater enfin que règne le cinéma béninois. Elle invite aussi les autorités à aider les cinéastes pour l’émergence du cinéaste au Bénin. Rappelons que la sortie de ce film est prévue pour le mois de Février 2009.      

10 Janvier à Abomey-CAlavi une 4ème édition réussie : (Pari gagné pour le maire Patrice HOUSSOU GUEDE)

7 février, 2009
ACTUALITE, ENTRETIEN | Pas de réponses »

            C’était au ni de la majesté GBESSO Adjinatonou Allodji II roi d’Abomey-Calavi, HOUNOU Gansa Tchalé président CRD/CUVOC AC, le collectif des dignitaire du culte d’Abomey-Calavi et sous le haut parrainage du Maire d’Abomey-Calavi son excellence HOUSSOU GUEDE Patrice que les adeptes de vodoun de
la Commune d’Abomey-Calavi ont sacrifié à la tradition de la 14ème Edition de la fête nationale du culte vodoun au Bénin. Mais pour
la Commune d’Abomey-Calavi, qui est à sa 4ème édition, la fête était véritablement belle car dans son allocution le maire à préciser que si le Bénin est le berceau du culte vodoun Abomey-Calavi en est l’un des quartiers généraux qui continuent de perpétuer sans relâcher le culte légué par nos ancêtres : Akassato, Glo Djigbé, Godomey, Hêvié, Kpanon, Ouèdo, Zinvié, Togba et l’arrondissement central d’Abomey-Calavi ou cohabitent les divinités Kinsiclounon, Yoklounon, Doclonon et autre restent selon lui de véritable haut lieux de culte ou le vodoun est partie intégrante de la vie communautaire. 

            Il poursuit t-oujours son allocution en affirmant que le vodoun est notre patrimoine culturel et culturel, que tous les quelque soient leur atterissage ou leur référence religieux actuels ont en commun la gestion de ce patrimoine ancestrale qui doit être sauvegardé à tout prix en ce moment ou l’Europe a déjà perdu ses dieux du mont Olympe et l’Egypte Osiris, Iris et tous les autres qui siègent dans le culte du grand empire. Il n’a pas oublié de remercier au nom de le conseil communal de les têtes couronnés grâce a qui le culte vodoun vit et continuera de vivre dans notre cher pays le Bénin. Après les multiples allocutions, la prière de bénédiction et l’immolation du mouton s’en est suivie donnant ainsi le top pour l’année 2009. suite à cette prière qui est d’ailleurs placé sous le signe de la paix, les adeptes du culte vodoun ont continués leur fête par des danses et des chants. Calavi-Tokpa vibrer pendant des heures et heures sous les rythmes et des danses des cultes, vodoun de la commune d’Abomey-Calavi. Voir l’album photo de la fête du 10 janvier à calavi et l’impression de quelques personnalités présent à cette fête. 

NOBIME Constantin 

123

muzik74 |
alvin et les chipmunks |
LE BLOG DE MYLENE F. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chanteursetchanteuse
| Nouvelle Scene Francaise
| groblog